CP SE RAPPELLE DU CONCOURS D’ELEGANCE « BAGATELLE »

 

 

 

 

 

 

Il y a trente ans, le premier week-end de septembre 1988, un nouvel événement eut lieu à Paris. Baptisé « Automobiles Classiques à Bagatelle », du nom d’un magazine éponyme et d’un jardin public situé à l’Ouest parisien, il réintroduisit le concours d’élégance en Europe, bien avant la renaissance de Villa d’Este et de tous ceux qui se sont développés depuis.

On ne sait pas exactement où et quand les concours d’élégance ont vu le jour. L’appellation étant française, il apparait évident que le concept est né là où cette langue est pratiquée. Quant à la date, on retrouve dans les archives de l’Automobile Club de Monaco la trace d’un défilé d’élégance couronnant le Rallye Automobile Monte-Carlo en 1911 déjà !

Le premier concours auquel j’ai assisté est celui de Pebble Beach, en 1984. J’en avais découvert l’existence dans un article, probablement dans Road & Track. Les Américains avaient commencé à collectionner les voitures et étaient inspirés par les activités qui les entouraient à l’époque. J’ai trouvé cela extraordinaire, si spécial que j’ai décidé d’y retourner l’année suivante. Je m’attendais à être déçu après une première impression qui avait été si forte, mais encore une fois, j’ai été émerveillé ! C’est alors que j’ai commencé à penser à l’organisation d’un concours à Paris, où je vivais à l’époque.

Mon ami Antoine Prunet m’avait accompagné à Pebble Beach. Il était rédacteur en chef du nouveau magazine Automobiles Classiques, publié par Arnaud de Fourchier. Nous avons parlé de l’idée et, sans vraiment savoir ce que nous faisions, nous sommes allés de l’avant. Alain Belais, qui travaillait à la mairie de Paris, nous a permis d’accéder au Parc de Bagatelle, petit écrin réputé pour ses belles roseraies. Un autre ami, Manrico Iachia, jeune passionné qui gravissait alors les échelons du groupe d’assurances Generali, apporta notre premier sponsor.

Ce fut un immense succès ! Une exposition thématique des Rolls-Royce « en or et en argent » des maharajahs avait fait l’objet d’une large couverture médiatique, attirant pas moins de 17 000 visiteurs durant le week-end. Les invités VIP avaient accès à une terrasse réservée où un déjeuner placé était servi. Le temps ensoleillé était une bénédiction, les dieux étaient avec nous. Notre premier Best of Show fut accordé à une Rolls-Royce Silver Ghost de 1915 carrossée par Hamshaw, un choix dont nous pouvions être fiers.

Une reconnaissance internationale a suivi grâce à l’échange de nos vainqueurs avec Pebble Beach. Leur Best of Show était présenté à Paris et le nôtre, en Californie. Nous avons appelé Jules Heumann et Lorin Tryon, les coprésidents de Pebble Beach, à faire partie de notre jury et ils m’ont invité à juger chez eux. Je le fais toujours.

Malheureusement, pour une raison qui n’a jamais été claire pour moi, nous avons perdu l’accès au Parc de Bagatelle en 2003. Avec Louis Vuitton, qui avait entre-temps repris la manifestation, nous avons lancé le concept du Best of the Best, désormais géré par The Peninsula Group.

Trente ans plus tard, « Bagatelle », comme l’appelle tout le monde avec affection, me rappelle de merveilleux souvenirs. L’événement a joué un rôle déterminant dans le développement de ma vie professionnelle et m’a permis de nouer des amitiés durables dans le monde entier.

Septembre 2018

*

Share This